Le Pekin de Bahut

Line
Mélodie -
Line

Trois saint-cyriens sont sortis de l'enfer
Un soir par la fenêtre
Et l'on dit que Monsieur Lucifer
N'en est plus le maître.
La sentinelle qui les gardait
En les voyant paraître
Par trois fois s'écria
Halte là, qui va là,
Qui vive.
Et les trois bougres ont répondu
Ce sont trois Saint-Cyriens
Qui sont pékins de bahut.
Refrain:
O pékin de bahut,
Viens nous t'attendons tous.
Nous leur ferons tant de chahut
Qu'à la Pompe ils en seront fous.
2. Un soir, dans un turne immense,
Six cents martyrs étaient assis
Les uns disaient: Ah Quelle chance!
Dans six mois nous serons partis.
Les autres, d'un air lamentable,
Contemplant leurs anciens, avachis,
Disaient: dans six mois, pauvres diables,
Comme eux nous serons abrutis.
Refrain:

3. Vous qui, dans l'espoir de Saint-Cyr,
Pâlissez sur de noirs bouquins,
Puissiez-vous ne jamais réussir
C'est le voeu de vos Grands Anciens.
Si vous connaissez les horreurs
De la Pompe et du Bataillon,
Vous préféreriez les douceurs
De la vie que les Pekins ont.
Refrain:


On est "Pékin de Bahut" le jour où on quitte l'école et où le soleil se lève sur une nouvelle vie d'officier. Ce chant très traditionnel est chargé de signification. En effet, quand il est entonné, les plus jeunes doivent "disparaitre" des yeux de leurs anciens. Ainsi, lors des réunions Saint-Cyrienne, au fur et à mesure des couplets, les officiers présents s'effacent dans l'ordre inverse des promotions de l'Ecole, et il ne reste plus à chanter les dernières phrases que le ou les plus anciens, sans considération de grade.

Line
| Song Index | Home Page |
Line