La Chanson de Craonne

Line
Mélodie - Composée avec Mozart 32, d'après la musique publiée dans le "Florilège de la chanson révolutionnaire de 1789 au front populaire"
Line

Auteur anonyme, 1917

Quand au bout de huit jours, le repos terminé
On va reprendre les tranchées
Notre place est si utile
Que sans nous, on prend la pile.
Mais c'est bien fini, on en a assez,
Personne ne veut plus marcher;
Et le cœur bien gros, comme dans un sanglot
On dit adieu aux civelots.
Mais sans tambour et sans trompette
On s'en va baissant la tête.
Refrain:
Adieu la vie, adieu l'amour,
Adieu toutes les femmes;
C'est bien fini, c'est pour toujours,
De cette guerre infâme;
C'est à Craonne, sur le plateau
Qu'on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous des condamnés
Nous sommes les sacrifiés.

2. Huit jours de tranchées, huit jours de souffrance,
Pourtant on a l'espérance
Que ce soir viendra la relève
Que nous attendons sans trêve.
Soudain dans la nuit et le silence
On voit quelqu'un qui s'avance:
C'est un officier de chasseurs à pied.
Doucement dans l'ombre, sous la pluie qui tombe
Nos pauv'remplaçants vont chercher leur tombes.
Refrain:

3. C'est malheureux de voir sur les grands boulevards
Tous ces gros qui font la foire;
Si pour eux la vie est rose,
Pour nous c'est pas la même chose;
Au lieu de s'cacher tous ces embusqués
Devraient bien monter aux tranchées
Pour défendre leur bien car nous on a rien,
Nous autres les pauvres purotins;
Et les camarades sont étendus là
Pour défendr'les biens de ces messieurs-là.
Refrain:
Ceux qu'ont le pognon, ceux-là reviendront
Car c'est pour eux qu'on crève;
Mais c'est fini, nous les trouffions
On va se mettre en grève;
Ce sera votre tour, messieurs les gros,
De monter sur le plateau;
Si vous voulez encore la guerre
Payez-la d'votre peau.


Au printemps 1917, la sanglante offensive du Chemin des Dames fit en quelques jours des milliers de morts inutiles. Cette chanson anonyme est née dans les rangs des poilus dont certains commencèrent à se mutiner et à refuser de monter en ligne.

In the spring of 1917, an absurd offensive made thousands of useless dead in a few days. Some french infantrymen began to mutiny. This anonymous song was born in their ranks. - With thanks to Philippe Pierson for the English and French commentary.

Line
| Song Index | Home Page |
Line