Le Montagnard Exile

Line
Mélodie -
Line

François-René de Chateaubriand

Combien j'ai douce souvenance
Du joli lieu de ma naissance;
Ma soeur, qu'ils étaient doux ces jours
De France!
O mon pays! sois mes amours
Toujours.

2. Te souvient-il que notre mère,
Au foyer de notre chaumière,
Nous pressait sur son cœur joyeux,
Ma chère?
Et nous baisions ses blancs cheveux,
Tous deux.

3. Il te souvient du lac tranquille,
Qu'effleurait l'hirondelle agile,
Du vent qui courbait le roseau
Mobile,
Et du soleil couchant sur l'eau,
Si beau.

4. Ma sœur, te souvient-il encore
Du château que baignait la Dore,
Et de cette tant vieille tour
Du More
Où l'airain sonnait le retour
Du jour?

5. Te souvient-il de cette amie,
Tendre compagne de ma vie?
Dans les bois, en cueillant la fleur
Jolie,
Hélène appuyait sur mon cœur
Son cœur.

6. Oh! qui me rendra mon Hélène,
Et ma montagne et mon vieux chêne?
Leur souvenir fait tous les jours
Ma peine,
Mon pays sera mes amours
Toujours.


Le grand écrivain romantique François-René de Chateaubriand (1748-1768) publia ce poème dans son roman «Le dernier Abencérage». - Philippe Pierson

Line
| Song Index | Home Page |
Line